décembre 5, 2019

Le sport professionnel

C’est ces dix dernières années passées aux côtés des sportifs qui me permettent de synthétiser l’ensemble des propositions que j’apporte à un sportif de haut niveau pour qu’il optimise son potentiel mental. Constamment exposé à la gestion de son stress, il peut arriver à des périodes de manque de confiance, de baisse de motivation et de nombreuses autres difficultés d’ordre privées rentrant bien malheureusement dans le « cadre » professionnel. Le sujet souffre dans son corps mais aussi dans sa tête : perte de concentration, peur de perdre ou de gagner. De nombreuses situations de doutes peuvent se présenter. Après une prise de conscience de la situation et l’acceptation des difficultés par le sportif, il faudra lui proposer des solutions pour qu’il affiche de réelles motivations pour progresser.

1/ INTRODUCTION

De plus en plus, les sportifs de haut niveau intègrent la préparation mentale dans le cadre de leur préparation globale (physique, physiologique, tactique, technique, nutritionnelle) car tout le monde s’accorde maintenant pour dire qu’à valeur physique et technique équivalente, un mental de haut niveau différencie le champion du simple sportif. Il est toutefois difficile d’évaluer la part du “mental” dans la performance, mais elle est souvent prépondérante, je vais présenter ici les « outils » que j’utilise lorsqu’un sportif me consulte.

Le sport de haut niveau semble évoluer dans la bonne direction, le recours au dopage est remis en question, des alternatives éthiques peuvent être proposées, et donc fort logiquement le sportif est à la recherche de tout ce qui va pouvoir optimiser son potentiel ; c’est aussi en lui proposant un « cadre » qu’on va, sur le terrain, mener une lutte anti dopage efficace ; ce cadre étant constitué d’outils comme la nutrition, le suivi médical, le travail du mental, le suivi biologique et physiologique, et bien sûr un entraînement et une préparation physique performants.

Donc 2 axes : le sportif cherche à optimiser son potentiel de façon naturelle ; et sur le terrain il faut intégrer la préparation mentale comme étant un facteur d’aide à la performance MAIS il ne s’agit pas de dopage, certains l’ont écrit ! ! ! ! ! ! prenant pour exemple la préparation de nageurs russes (visualisation de requins qui poursuivent le nageur !!); et là effectivement ce n’est pas éthique, mais il s’agit d’un MAUVAIS exemple !! La qualité de la relation privilégiée entraîneur-sportif permet l’essentiel du travail psychologique, et ce n’est qu’en complément de ce que permet déjà ce travail que le préparateur mental pourra proposer son savoir, pour permettre au sportif de mieux utiliser ses propres ressources. Il est intéressant de savoir que le tiers des 600 athlètes américains ont bénéficié d’une préparation mentale pour Atlanta (en hypnose, + techniques “d’imaging”), pour Sidney et Pékin les chiffres sont du même ordre. Le préparateur mental se doit de respecter le travail de chacun des acteurs de terrain qui sont à côté du sportif : l’entraîneur d’abord et surtout, le médecin du sport, le kiné, le physiologiste, etc. Plus qu’ailleurs le sport de haut niveau génère des conflits verbalisés ou non (le plus souvent…) favorisés par des notions du type « ne pas toucher à « mon » sportif, ne pas me prendre de pouvoir » ; notion aussi de « récupération » de la victoire d’un sportif par l’encadrement ; parfois, le préparateur mental devra savoir gérer des conflits entre certaines personnes du Staff.

2/ LES IDÉES REÇUES À DISCUTER

Un sportif qui bénéficie d’une préparation mentale, ça ne veut pas dire que ce sportif a des problèmes “psychologiques”.

Le préparateur mental n’est pas un “gourou” ; il possède un bagage solide en psychologie ; il a l’expérience du sportif de haut niveau ; il possède des connaissances sérieuses dans une ou plusieurs méthodes de préparation mentale : relaxation, sophrologie, hypnose ; il a si possible l’expérience personnelle de la compétition pour avoir vécu les émotions et les problèmes que doit gérer un sportif.

On ne peut pas “faire un cheval de course avec un bourrin” : la préparation mentale ne peut que permettre au sportif de fonctionner au maximum de ses possibilités, d’optimiser SON PROPRE potentiel.

Le sportif n’est pas sous la dépendance ni sous l’influence de son préparateur mental ; au contraire, l’objectif sera de rendre le sportif autonome, de savoir fonctionner seul : il faut bien évidemment plus qu’ailleurs choisir la « position basse ».

La préparation mentale, ça ne veut pas dire que le sportif devra être “cool” et relaxé avant l’épreuve ! Il ne s’agit pas de le faire perdre avec le sourire ! On va voir qu’il existe des méthodes statiques, et surtout des techniques dynamiques.

Une préparation mentale, ça ne se limite pas à une séance, c’est un travail progressif qui s’inscrit dans la durée.

3/ Quels bénéfices attendre D’UNE  PRÉPARATION MENTALE ?

–> Gérer le “stress” = peur de gagner, peur de perdre, gérer la pression (entraîneur, famille, copains, équipe, médias, résultats que l’on attend de lui, etc) en sachant qu’il n’est pas possible d’éliminer à 100% le stress ; et d’ailleurs le stress est utile ; ce qui est important, c’est la quantité et SURTOUT la qualité de ce stress : le stress nuisible est dû à une sécrétion inappropriée d’adrénaline au niveau des fibres sympathiques (d’où tremblements, troubles digestifs, envie fréquente d’uriner, sudation, sensation de bouche sèche, tachycardie, hypoglycémie réactionnelle, etc.) Le “bon” stress est celui lié à la sécrétion d’adrénaline par les glandes médullosurrénales ; c’est cette “bonne” sécrétion d’adrénaline qui va entraîner la baisse du taux circulant d’insuline, pour améliorer, entre autre, la captation musculaire du glucose circulant et favoriser la glycogénolyse  (= la dégradation des molécules de glycogène pour libérer du glucose) Il est important de noter que la préparation mentale avant l’effort (technique de visualisation de l’effort) permet à elle seule (cela a été démontré) de mettre en place le statut hormonal de l’effort (= augmentation catécholamines, diminution insuline, augmentation glucagon) Le but de l’échauffement physique avant l’épreuve est de mettre en place ce statut hormonal. Le sportif échauffé mentalement et physiquement sera donc plus performant, dès le début de l’effort.

–> Gérer la souffrance, c’est à dire l’interprétation de la douleur (sports comme le cyclisme, le triathlon, le marathon) : cf. http://www.medecinedusportconseils.com/2009/12/12/la-preparation-mentale-du-sportif-de-haut-niveau-le-travail-sur-la-douleur/

–> Mettre entre parenthèses un souci ; exemples: les caméras ; un public hostile ; un sportif qui dispute une compétition alors qu’il vient d’apprendre la maladie d’un parent, etc.

–> Améliorer les troubles du sommeil (hôtel, bruits, décalage horaire, retour en car, tension du match, etc.); cf. exercice http://www.medecinedusportconseils.com/2009/11/10/sport-et-sommeil-seance-de-sophrologie/ ; l’adaptation au décalage horaire (exercices de visualisation de lumière, luminosité : = mise à l’heure de l’horloge interne qu’est l’épiphyse dont la sécrétion de Mélatonine est, en partie, régulée par la lumière ; d’autant plus important s’il s’agit d’un sport à forte composante psychomotrice (tennis, sauts, tir, etc.)

–> Correction ou mémorisation d’un geste technique : aidé par l’entraîneur, ou à l’aide d’un enregistrement vidéo le préparateur mental va permettre au sportif de corriger et parfaire un geste technique.

–> Augmenter les possibilités de concentration, de visualisation et de mémorisation : mémoriser un parcours d’obstacles en équitation ; ou une descente de slalom ; refaire mentalement plusieurs fois un saut parfait ; ou un service volée au tennis ; ou le parcours d’un contre-la-montre, etc.

–> Gérer une période où le sportif est blessé :

°° Accélérer les processus de cicatrisation (par exemple visualiser les fibres qui cicatrisent)

°° Profiter de cette période pour progresser mentalement, visualiser des entraînements, des gestes techniques à corriger, etc.

–> Améliorer la récupération après l’effort (+++++ : = aspect trop souvent négligé) : une séance de 20 minutes permet d’optimiser la récupération psychologique bien sûr, mais AUSSI : hormonale, biologique, anatomique (il existe des micro-lésions musculaires, tendineuses, articulaires), le retour veineux. Cf. exercice http://www.medecinedusportconseils.com/2009/11/03/seance-de-sophrologie-du-sport-pour-optimiser-la-recuperation/

–> Acquérir un schéma corporel parfait, c’est un aspect ESSENTIEL, ça se travaille en séance ET PENDANT LES entraînementS, surtout dans les sports à prédominance psychomotrice (sauts par exemple, épreuves combinées)

= développer +++ la perception des sensations extéroceptives (lumière, température ext, vent, odeurs, bruits, etc), intéroceptives (battements du coeur, respiration, contact des pieds sur le sol, passage de l’air dans les bronches, etc), proprioceptives (les plus intéressantes en sport : savoir comment sont ses articulations, muscles, tendons, position d’une jambe dans l’espace, etc)

–> Profiter, je l’ai dit, des entraînements pour parfaire ces techniques de préparation mentale.

–> Autres indications et bénéfices :

°° Déception devant des résultats insuffisants, asthénie physique et/ou psychique parfois génératrice de blessures à répétition, gérer les périodes de baisse de motivation, de baisse de confiance.

°° Améliorer la qualité des rapports humains : le sportif de haut niveau est souvent “déraciné”, quasi « déconnecté » : hôtel, avion, chambre à 2, décalage horaire, hygiène de vie (doit veiller à la qualité de sa nutrition, ne peut pas trop “sortir en boite”, s’amuser, etc). Cela entraîne souvent des relations difficiles (famille, entraîneur, solidarité du groupe, etc) voire des conduites addictives (alcool, shit, somnifères, etc.)

°° Permettre au sportif de s’accepter tel qu’il est, avec ses défauts, ses handicaps, son caractère ; ce n’est qu’à partir de cette acceptation que l’on pourra entreprendre un travail adapté.

4/ LES TECHNIQUES EMPLOYÉES

Il n’est pas possible de toutes les détailler ; il est surtout important de préciser qu’une préparation mentale sera toujours personnalisée, en fonction du sport, du sportif, des objectifs, et des problèmes que le sportif rencontre, et que cette préparation mentale s’inscrit sur la durée.

°°° La Relaxation simple : à mon avis outil trop passif que je n’utilise que très peu : le sportif doit être actif dans son travail du mental : c’est LUI qui travaille, ce qui n’est pas le cas en relaxation.

°°° Sophro et techniques d’imaging : espace de détente mentale particulier où le sportif s’installe au contact avec l’intérieur de lui-même, mettant entre parenthèse tout ce qui se passe autour de lui pendant la séance, pour optimiser en séance des exercices de concentration de visualisation et de motivation avant mais aussi pendant la compétition (tennis au changement de côté, épreuves combinées, entre mi-temps ou 1/3 temps, dans le coin pour un boxeur ; mais aussi avant un moment précis : exemple le service au tennis, ou un saut en athlé). Avant le départ ou le début de la compét : visualisation de la montée de la courbe des hormones de l’effort, des endorphinescérébrales, visualisation d’images très positives (les meilleures résultats, etc, du passé ou anticipation très positive de l’épreuve qui arrive), espace de sérénité et de maîtrise des émotions, boisson d’attente (travail déjà réalisé en séance de sophro avec la même boisson : « à chaque fois que tu retrouveras le goût de cette boisson, tu retrouveras les sensations que tu expérimentes pendant cette séance : sérénité, maîtrise des émotions, etc. etc.) Après la compétition, optimisation de la récupération (après l’apprentissage en séance, le sportif va travailler soit avec une séance que je lui ai enregistrée pendant une de ses séances (non au business de la vente de K7 qui ne sont pas personnalisées, par des praticiens ou des sociétés ! ! !), soit, et c’est l’objectif : SEUL, ou pendant le massage par exemple.

L’objectif est SURTOUT que le sportif puisse ensuite utiliser lui-même, seul cet outil avant pendant et après la compét : NE JAMAIS CULTIVER LA dépendance sportif-préparateur mental.

°°° L’Hypnose (éricksonnienne) : je ne peux pas détailler cet outil ; je l’utilise s’il faut gérer un problème plus spécifique ; par exemple : modifier un geste technique (faire visualiser le geste erroné ; le faire “gommer” ou “déchirer mentalement une photo” ; puis visualisation du geste corrigé mentalement : visualiser +++, bien sentir le geste, le “passer au ralenti”, faire des “arrêts sur image”, etc.), gérer une conduite addictive.

5/ CONCLUSION

Cet outil intéressant qu’est la préparation mentale ne peut être envisagé que dans le cadre d’un travail d’équipe où, autour de l’entraîneur qui est la “pièce centrale”, chaque intervenant (kiné, préparateur physique, médecin du sport, nutritionniste, physiologiste, dentiste, ostéopathe, pharmacien, gynéco si sportive, etc.) va apporter son savoir pour aider le sportif à progresser.

Extrait de l’article de J.-J. MENUET paru le 23/08/2014

VERSION ANGLAISE

THE MENTAL PREPARATION OF the HIGH-LEVEL SPORTSMAN  

It is these last ten last years beside the sportsmen who allow me to synthesize all the proposals which I bring to a high-level sportsman so that he optimizes his mental potential. Constantly exposed to the management of his stress, he can arrive at periods of lack of confidence, reduction in motivation and many more private difficulties going very unfortunately into the professional « frame ». The subject suffers in his body but also in the head : loss of concentration, fear of losing or of winning. Numerous situations of doubts can appear. After an awareness of the situation and the acceptance of the difficulties by the sportsman, it will be necessary to propose to him solutions so that he shows real motivations to progress.

 1/ INTRODUCTION

More and more, the high-level sportsmen integrate the mental preparation within the framework of their global preparation (physical, physiological, tactical, technical, nutritional) because everybody agrees now to say that in equivalent physical and technical value, a high-level mental status differentiates the champion of the simple sportsman. It is however difficult to estimate the part of the mental status in the performance, but it is often dominating, I am going to present here the « tools » which I use when a sportsman consults me. The high-level sport seems to evolve in the right direction, the appeal to the doping is questioned, ethical alternatives can be proposed, and thus very logically the sportsman is in search of all which is going to be able to optimize its potential ; it is also by proposing him a « frame » that we are going, on the ground, to lead an effective anti-doping fight ; this frame being constituted by tools as the nutrition, the medical follow-up, the work of the mental status, the biological and physiological follow-up, and of course a successful physical training and preparation. Thus 2 axes : the sportsman tries to optimize his potential in a natural way; and on the ground it is necessary to integrate the mental preparation as being a factor of help to the performance BUT it is not about doping, some people wrote it !!!!!! taking for example the preparation of Russian swimmers (visualization of sharks who pursue the swimmer !!) ; and there actually it is not ethical, but it is a BAD example !! The quality of the special relationship trainer-sportsman allows the main part of the psychological work, and it is only as a supplement to what already allows this work that the mental assistant can propose his knowledge, to allow the sportsman to use better his own resources. It is interesting to know that the third of the 600 American athletes benefited from a mental preparation for Atlanta (in hypnosis, + techniques  » of imaging « ), for Sidney and Beijing figures are of the same order. The mental assistant must respect the work of each of the actors in the field who are next to the sportsman : the trainer at first and especially, the sports medicine physician, the physio, the physiologist, etc. More than somewhere else the high-level sport generates put into words conflicts or not (most of the time) favored by notions of the type « don’t touch my sportsman, don’t take my power » ; notion also of « appropriation » of the victory of a sportsman by the supervision ; sometimes, the mental assistant will have to know how to manage conflicts between certain people of the Staff.

2/ THE POPULAR BELIEF TO DISCUSS

A sportsman who benefits from a mental preparation, that does not mean that this sportsman has « psychological » problems. The mental assistant is not a « guru »; he possesses a strong knowledge in psychology; he has the experience of the high-level sportsman ; he possesses serious knowledge in one or several methods of mental preparation : relaxation, sophrology, hypnosis; he has if possible the personal experience of the competition to have lived the feelings and the problems that a sportsman has to manage. We cannot  » make a racehorse with a cart horse « : the mental preparation can only allow the sportsman to work at the most of its possibilities, to optimize ITS OWN potential. The sportsman is not under the dependence nor under the influence of his mental assistant ; on the contrary, the objective will be to make the sportsman self-reliant, to know how to work alone : it is obviously necessary more than somewhere else to choose the  » low position « . The mental preparation, that does not mean that the sportsman will have to be « cool » and relaxed before the test ! It is not a question of making him lose with the smile ! We are going to see that there are static methods, and especially dynamic techniques. A mental preparation, that does not limit itself to a session, it is a progressive work which is long term.

3/ Which profits can you expect from A MENTAL PREPARATION?

→ to manage the « stress » = fear of winning, fear of losing, to manage the pressure (trainer, family, friends, team, media, results which we expect from him, etc.) by knowing that it is not possible to eliminate to 100% the stress ; and moreover the stress is useful ; what is important, it is the quantity and ESPECIALLY the quality of this stress : the harmful stress is due to an inappropriate secretion of adrenalin at the level of the sympathetic nervous system (which give shivers, digestive disorders, frequent need to urinate, sweating, sensation of dry mouth, palpitation, reactional hypoglycemia, etc.) The good stress is the one bound to the secretion of adrenalin by the medullosuprarrenal glands ; it is this « good » secretion of adrenalin that is going to pull the reduction in the circulating rate of insulin, to improve, among others, the muscular captation of the circulating glucose and favor the glycogenolysis (= the degradation of the molecules of glycogen to free some glucose). It is important to note that the mental preparation before the effort (technique of vizualisation of the effort) allows by itself (it was demonstrated) to set up the hormonal status of the effort (= increase catecholamines, decrease insulin, increase glucagon) The purpose of the physical warm-up before the test is to set up this hormonal status. The sportsman mentally and physically warmed-up will thus be more successful, from the beginning of the effort.

-> to manage the suffering, that is the interpretation of the pain (sports as the cycling, the triathlon, the marathon): cf. http://www.medecinedusportconseils.com/2009/12/12/la-preparation-mentale-du-sportif-de-haut-niveau-le-travail-sur-la-douleur/

-> to set aside a concern ; for examples : cameras ; a hostile public ; a sportsman who competes for a competition while he has just learnt the disease of a relative, etc.

-> to improve sleeping disorders (hotel, noises, time difference, return by car, tension of the match, etc.); cf. exercise http://www.medecinedusportconseils.com/2009/11/10/sport-et-sommeil-seance-de-sophrologie/ ; The adaptation to the time difference (exercises of visualization of light, luminosity : = set at the right time of the internal clock that is the epiphysis the secretion of Melatonin of which is, partially, regulated by the light; all the more mattering if it is about a sport with strong psychomotor component (tennis, jumps, shooting, etc.)

-> the correction or memorization of a technical gesture : helped by the trainer, or by means of a video recording the mental assistant is going to allow the sportsman to correct and to perfect a technical gesture.

-> to increase the possibilities of concentration, visualization and memorization : to memorize an obstacles course) in horse-riding; or a descent of slalom; to do mentally several times a perfect jump ; or a volleyed serve in tennis; or the course of a time trial, etc.

-> to manage a period when the sportsman is hurt :

°° to accelerate the processes of healing (for example to visualize the tissue which heal)

°° to take advantage of this period to progress mentally, visualize trainings, technical gestures to be corrected, etc.

-> to improve the recovery after the effort (+++++: = too often neglected aspect) : a session of 20 minutes allows to optimize the psychological recovery of course, but also: hormonal, biological, anatomical (there is muscular, tendinous, articular micro-damage), the venous return. Cf. exercise http://www.medecinedusportconseils.com/2009/11/03/seance-de-sophrologie-du-sport-pour-optimiser-la-recuperation/

-> to acquire a perfect body image, it is an ESSENTIAL aspect, which isworked in session AND DURING THE trainings, especially in sports with psychomotor predominancy (jumps for example, combined tests) = Develop +++ the perception of the outerreceptive sensations (light, outside temperature, wind, smells, noises, etc.), the innerreceptive sensations (heartbeat, breath, contact of feet on the ground, the passage of the air in the bronchial tubes, etc.), the proprioceptive sensations (the most interesting in sport : to know how are its joints, muscles, tendons, position of a leg in the space, etc.)

-> to take advantage, I said it, of trainings to perfect these techniques of mental preparation.

-> other indications and profits :

°° Disappointment about insufficient results, physical and/or psychic asthenia sometimes generating repeated wounds, to manage the periods of reduction in motivation, of reduction in self-reliance.

°° to improve the quality of human relationships : the high-level sportsman is often « uprooted » , almost « disconnected » : the hotel, the plane, the double room, time difference, lifestyle (has to watch the quality of his nutrition, cannot too much  » go night-clubbing « , have fun, etc.). It often leads to difficult relations (family, trainer, solidarity of the group, etc.) even addictive attitudes (alcohol, hash, sleeping drugs, etc.)  

°° to allow the sportsman to accept himself, with hiss defects, his handicaps, his character; it is only from this acceptance that we can undertake an adapted work.

4/ THE TECHNIQUES USED

It is not possible to detail each of them; it is especially important to specify that a mental preparation will always be personalized, according to the sport, to the sportsman, the objectives, and the problems that the sportsman meets, and that this mental preparation must be long term.

°°° The simple Relaxation : in my opinion too passive tool which I use only little : the sportsman must be active in his work on his mental status : it is HIM who works, which is not the case in relaxation.

°°° Sophro and techniques of imaging : particular mental space of relaxation where the sportsman settles down in the contact with the inside of himself, setting aside all which takes place around him during the session, to optimize in session exercises of concentration of visualization and motivation before but also during the competition (tennis in the change aside, combined tests, between half-time or 1/3 time, in the corner for a boxer; but also before precise moment : for example the serve in tennis, or an athletic jump). Before the departure or the beginning of the competition : the vizualisation of the curve of the rise of the hormones after an exercise, the brain endorphins, the visualization of very positive images (the best results, etc., of past or very positive anticipation of the test which arrives), space of serenity and control of the feelings, a drink while waiting (work already realized in session of sophro with the same drink:  » every time you will find the taste of this drink, you will find the sensations which you experiment during this session : serenity, control of the feelings, etc. etc.) After the competition, the optimization of the recovery after the learning in session, the sportsman is going to work either with a session which I recorded during one of his sessions (I disagree with the business of the sale of K7 who are not personalized, by practitioners or companies !!!), or, and it is the objective : ALONE, or during the massage for example. The objective is ESPECIALLY that the sportsman can then use this tool by himself before, during and after the competition : DO NEVER DEVELOP the dependence sportsman – mental assistant.

°°° The (ericksonian) Hypnosis : I cannot detail this tool; I use it if it is necessary to manage a more specific problem ; for example : to modify a technical gesture (to make visualize the erroneous gesture ; to make it « erase » or  » tear mentally a photo  » ; then visualization of the gesture corrected mentally : to visualize +++, to feel the right gesture,  » to pass it in slow motion « , to make « freeze frames », etc.), manage an addictive behaviour.

5/ CONCLUSION

This interesting tool which is the mental preparation can be envisaged only within the framework of a teamwork where, around the trainer who is the « central part », every participant (the physio, the physical assistant , the sports medicine physician, the nutritionist, the physiologist, the dentist, the osteopath, the pharmacist, the gynecologist for the sportwoman, etc.) is going to bring his knowledge to help the sportsman to progress.

Extract of the article of J.-J. MENUET published on 08/23/2014

Haut